Accéder au contenu principal

J'ai testé : Marvel Unlimited

Son nom simpliste ne cache pas grand chose.
 
Attendez-vous à trouver un service qui propose ni plus (ni moins) que ce à quoi vous pourriez vous attendre : pour 11 balles par mois vous accédez de manière illimitée à une bibliothèque conséquente de comics (l’éditeur se vante d’en avoir plus de 20 000 disponibles). Tout cela via une app sur iOS (je l’ai testée sur iPhone, évidemment une tablette serait plus adaptée) et Android.

Premier point fort pour le service : la quantité des titres disponibles (qui sont les issues américaines, avec des mises à jour hebdomadaire). Vous avez sous la main aussi bien les classiques des premières années qu’aux séries plus récentes. Sachant qu’il faut compter 6 mois après la sortie dans les comic-shops pour que les numéros soient disponibles sur Marvel Unlimited. Pour vous donner une idée, dans le sommaire des kiosques de chez Panini Comics, il faut attendre environ 8 mois.


Après avoir ajouté vos envies à votre bibliothèque, vous avez le choix entre deux modes de lecture.
Le premier est guidé. C’est à dire que lorsque vous glissez votre doigt vers la droite, le zoom se fait automatiquement et s’adapte à la longueur du texte et la taille de la case. L’autre en revanche, accessible via un double touché, vous met face à la page entière, et vous permet de zoomer à l’envie.
Il est aussi agréable de voir qu’un travail éditorial est effectué. Outre les listes classiques regroupant les events on trouve des focus sur le travail de certains artistes (Dan Slott récemment) ou leurs recommandations (Jahnoy Lynday, …)
Si je suis devenu accro à Marvel Unlimited en quelques jours, j’ai quelques réserves, non pas sur le contenu mais sur la manière d’y accéder.
Si le mode de lecture est plutôt agréable (malgré la taille de l’écran), les menus eux sont à la limite de l’impraticabilité. Lors de la navigation, vous vous retrouver rapidement et sans le vouloir à ne plus savoir comment ou pourquoi vous êtes arrivez là. Et pour revenir à l’accueil… vous n’avez plus qu’à refaire le chemin inverse !
On peut aussi regretter l’absence de certaines petites fonctionnalités comme le fait de ne pouvoir ajouter plusieurs numéros d’un coup à la bibliothèque, de ne pouvoir sauvegarder les listes de lecture (par exemple celle qui récapitule l’ordre de lecture des events), ou d’être limité à 12 titres hors-ligne. Des choses facilement améliorable dans des mises à jour futures.
Marvel Unlimited c’est mon dernier gros coup de cœur. Surtout avec le retard que j’ai pris ces dernières années niveau comics et tous les événements que j’ai loupé, je peux le rattraper pour un prix modique. Le fait de pouvoir lire n’importe où (à la caf, dans le bus, dans mon lit…), est un gros plus. Même si je vais avoir du mal à me passer totalement du papier et d’une vraie bibliothèque sur laquelle poser mes yeux.
Enfin, et vous l’aurez déjà compris, pas question de livres en VF ici, tout est en anglais. Une chose assez logique, mais qui empêchera une partie du public d’en profiter.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

A Chicken in Space (Critique - Black Mirror S04E01)

Plusieurs mois après tout le monde, et une fois la hype retombée, j'ai enfin commencé le visionnage de la quatrième saison de Black Mirror. J'étais assez intrigué par ce premier épisode qui semblait tendre vers le space opera, soit un style bien différent de ce que à quoi la série nous avait habitué. Ce chantage radical est-il une réussite ? Pour être franc, je reste assez mitigé. Et nous allons voir pourquoi en détail
Attention cependant: je vais spoiler les grandes lignes de l'épisode, ainsi que certains éléments phares de l'intrigue.

Jonathan Prime / Netflix
"Welcome on board lieutenant Cole"

J'avoue avoir été refroidi dès les premiers instants de l'épisode. Je n'ai rien contre des œuvres qui joue pleinement la carte de la nostalgie, mais je m'attendais pas à ça en lançant un épisode de Black Mirror. On se retrouve face à un format en 4/3, des couleurs tapes à l’œil, de la bonne humeur et des effets sonores et visuels tout droits sortis des an…

L'obsession Austin Kleon

Cela fait déjà trois ans que j'ai acheté mon premier livre d'Austin Kleon. Depuis, il n'a cessé de se balader avec moi, au gré de mes voyages ou de mes déménagements. Mais jamais je n'avais encore eu le courage de l'ouvrir. J'ai donc décidé de profiter de la nouvelle année pour y jeter un rapide coup d’œil... qui s'est rapidement transformé en obsession pour son auteur.

Avec une rapide recherche Google, ou si l'on se rend sur son site, on apprend qu'il est né en 1983 (ce qui lui fait 34 ans à ce jour), et qu'il vit aujourd'hui à Austin (Texas).


Il a écrit et publié trois livres (dans lesquels on retrouve aussi bon nombre de ses dessins, sa seconde passion) : Show Your Work!, Newspaper Blackout et Steal Like an Artist (aussi disponible sous la forme d'un journal).



La newsletter liée à son site se vante elle d'avoir plus de 50 000 abonnés, ce qui laisse présumer un nombre plutôt conséquent de visiteurs quotidiens.

Show Your Work!