Accéder au contenu principal

Les Minions : autopsie d'un désastre annoncé

Ahhh les Minions, qui n'en a pas entendu parler ? Difficile de passer à côté de leur petite tête jaune depuis quelques mois et l'annonce du premier film qui leur est consacrés. Il faut dire que sa promo était certainement l'une des plus agressives ( et des plus coûteuses ) de ces dernières années. Le sujet est vaste, et les raisons de l'échec des Minions ( plutôt critique que public, au vu du succès retentissant du film au box-office ), nombreuses.


Secondaires ou principaux ?

Parce qu'il faut bien commencer quelque part, pourquoi ne pas discuter du rôle des Minions ? Les faire passer du rôle de personnages secondaires dans Moi, Moche et Méchant, à héros de leur propre film était-il vraiment une bonne idée ? La réponse est assurément non.

Profiter du succès plus que conséquent et vouloir exploiter jusqu'au bout leur potentiel est compréhensible, quoique, avec les limitations évidentes des personnages, peu judicieux si l'on veut une œuvre de qualité. Je ne suis pas le dernier à les trouver sympathiques voire drôles, mais leur consacrer un film d'une heure et demi ne les rend, à mon grand désarroi, que plus insupportable, et l'humour, qui ne change pas d'un iota par rapport à ce qu'on connait d'eux, est redondant.

Essayez de ne pas les frapper.

Trois c'est deux de trop

3. C'est le nombre de bande-annonces consacrées au film qui sont sorties, étalées sur une période de plusieurs mois. Chacune d'elle totalise plusieurs millions de vues sur Youtube. Impossible de passer à côté et de ne pas les voir. Impossible donc d'éviter que nous soit dévoilé la quasi-totalité du déroulement du film. A part quelques bonnes idées qui se comptent sur les doigts de la main, les surprises sont quasiment absentes, et l’œuvre ne nous propose guère plus que ce que les trailers promettaient.


Du marketing en veux-tu en voilà

Je l'ai déjà dit plus haut, mais le marketing des Minions est sans comparaison possible, l'un des plus agressifs de ces dernières années. Si encore il n'y avait eu que les bandes-annonces. Mais quid des produits dérivés, fer de lance de l'industrie cinématographique actuelle ? Ne dites rien, je sais que vous connaissez déjà la réponse. Des mois avant la sortie du film les têtes de Stuart, Kevin et Bob, protagonistes principaux, étaient partout.
Et pas seulement dans les magasins de jouets. On a pu voir, entre autres, des articles de plage, des tasses, des pansements, des t-shirts, ou encore des raclettes lave-glace minions (véridique), et en se promenant à Los Angeles, on peut même tomber sur un cinéma entièrement re-décoré. Vouloir sortir de chez soi sans croiser une de ces têtes jaunes devient alors un véritable parcours du combattant.


Le semi-échec (il faut bien relativiser) du film ne s'explique pas seulement par sa qualité médiocre, mais plutôt par sa promotion et pour toutes les raisons citées plus haut. L'équipe marketing (sans aucun doute aidée par plusieurs centaines de milliers de dollars), a réussi l'exploit, des mois avant même la sortie, à abrutir le public à coups de campagnes intrusives, invasives et nombreuses.
L'attente créée n'en était que plus grande, et le public a (semble t-il) était globalement déçu du manque cruel de surprises et de nouveautés par rapport a ce qui était annoncé.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, ou comment je me suis ennuyé pendant 10h sans m’en rendre compte

Après avoir sévi dans une série des années 90 devenue culte, Sabrina revient. Et elle a bien changée. Adieu ambiance bonne enfant et décors colorés : Netflix a fait un choix radical entre séance d’exorcisme, meurtres et démons médiocres. Un programme alléchant qui ne sert pourtant que de façade.
Trop jeune pour avoir connu la série originale ? Ou simplement trop occupé pour avoir pris le temps de la découvrir ? Force est de constater que lorsque l’on débarque ainsi en terrain inconnu, s’étalent devant nous tout un univers alléchant et ses personnages.

C’est avec grand plaisir que je passe le premier épisode. Je jubile devant le second, j’enchaîne avec un troisième. Finalement, sans m’en rendre compte, j’avale en quelques jours les dix épisodes d’une heure qui constituent cette première saison. J’en ressors avec une impression de satisfaction. L’heure des sorcières ? Pourtant, je ne cesse de repenser à l’épisode final. Une désagréable impression d’en avoir vu plus pendant…

Pourquoi Kick-Ass des gueules ?

Plusieurs années après avoir atteint la célébrité grâce à un film devenu culte, Kick Ass, l'un des premiers "vrais" super-héros, revient. Mais qui aura les épaules pour endosser le costume ?

A cette question, qui constitue pourtant l'un des arguments de vente si l'on en croit la 4ème de couverture, il faut attendre bien peu longtemps pour obtenir la réponse. C'est bien dès la seconde page que la révélation intervient (si, comme moi, vous n'avez pas vu les planches de promotion). Le visage de notre nouveau protagoniste dévoilé, on enchaîne rapidement avec quelques flash-backs qui permettent de comprendre d'où elle tire ses motivations et ses aptitudes au combat.
Contrairement à bon nombre d'origin stories, Mark Millar ne tombe pas dans l'écueil qui consisterait à raconter en détails et en longueur ce qui amène l’héroïne à endosser le costume, et parvient à nous donner le juste nombre d'informations.

Renouvellement assuré ?

Un scénario écrit …