Accéder au contenu principal

The Killing Joke : le retour d'une légende

Si vous ne connaissez pas Batman : The Killing Joke, voici, en trois parties, pourquoi vous devez absolument profiter de la sortie d'une nouvelle édition par Urban Comics, 27 ans après l’originale, pour lire cette œuvre fondatrice des origines du Joker; voire même de l'univers de Batman tout entier.


Origine

En 1988 sortait un comics qui allait bouleverser les lecteurs, et qui resterait, pour des décennies, une œuvre régulièrement citée comme l'une des meilleures histoire de DC Comics.

Directement sorti en graphic novel (contrairement à bon nombre d’œuvres fondatrices de l'époque telles que Watchmen, Batman : Year One, ...), ce projet, contrairement à ce qui est dit par Tim Sale dans l'introduction de l'édition Deluxe d'Urban (et dont je vous parle en troisième partie), n'a pas pour créateur Alan Moore, mais bien le dessinateur, Brian Bolland. Selon lui, "[Moore] ne porte pas particulièrement The Killing Joke dans son coeur". Et bien que certains trouvent que ce dernier n'est pas à la hauteur de certaines autres de ses œuvres (comme Watchmen, ou encore V pour Vendetta), cela est malgré tout dommage, quand on sait à quel point ce graphic novel est d'une excellente qualité, et est digne de la réputation du scénariste.

Les précédentes éditions

The Killing Joke a été ré-édité de nombreuses fois. En 1989, un an après sa parution originale aux États-Unis, il sortait pour la première fois en France sous le titre Souriez. La même année, une nouvelle édition était disponible, toujours sous le même titre, mais cette fois en version poche et dans le catalogue de l'éditeur J'ai lu. Ce graphic novel fut également publié en 2000 par Delcourt ( sous le titre Rire et Mourir ), puis en 2009 par Panini Comics, et enfin, en 2014, dans une édition deluxe par Urban Comics.
Mais comme vous vous en doutez, tout ne s'arrête pas là. En effet, toujours chez Urban Comics, le mois d'avril 2015 a vu sortir en librairie (encore !) une nouvelle édition de The Killing Joke. Encore une édition oui. Mais cette fois-ci, en noir et blanc !

Source : dcplanet.fr

Une œuvre majeure en noir et blanc

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que l’œuvre originale de 1988 était sortie en noir et blanc. Cependant, tous les éditeurs français qui l'avait édité sur le territoire, l'avait fait avec la version colorisée. Il est donc particulièrement agréable de pouvoir aujourd'hui lire ce comics tel qu'il a été pensé à l'origine.
Cette nouvelle édition fait de The Killing Joke (ou de Killing Joke, si vous prenez le titre indiqué sur la couverture), un immanquable, en particulier si vous ne l'avez jamais lu. Certes, elle est un peu plus cher que l'édition "normale" de chez Urban ( 19 euros ), mais une fois que l'on a posé ces mains sur l'objet, on comprend pourquoi. La couverture ainsi que les pages sont très agréables au toucher, le noir et blanc est sublime, et ne fait que renforcer l'intensité de l'histoire, la folie du Joker, point central de celle-ci et le découpage très "cinématographique" de Bolland. Je ne compte pas en dire plus, quant à mon avis sur l’œuvre, la trouvant particulièrement difficile à critiquer. 
The Killing Joke est vraiment une œuvre à part, que vous devez selon moi lire, que vous soyez ou non fan de Batman,. Simplement : jetez-vous dessus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, ou comment je me suis ennuyé pendant 10h sans m’en rendre compte

Après avoir sévi dans une série des années 90 devenue culte, Sabrina revient. Et elle a bien changée. Adieu ambiance bonne enfant et décors colorés : Netflix a fait un choix radical entre séance d’exorcisme, meurtres et démons médiocres. Un programme alléchant qui ne sert pourtant que de façade.
Trop jeune pour avoir connu la série originale ? Ou simplement trop occupé pour avoir pris le temps de la découvrir ? Force est de constater que lorsque l’on débarque ainsi en terrain inconnu, s’étalent devant nous tout un univers alléchant et ses personnages.

C’est avec grand plaisir que je passe le premier épisode. Je jubile devant le second, j’enchaîne avec un troisième. Finalement, sans m’en rendre compte, j’avale en quelques jours les dix épisodes d’une heure qui constituent cette première saison. J’en ressors avec une impression de satisfaction. L’heure des sorcières ? Pourtant, je ne cesse de repenser à l’épisode final. Une désagréable impression d’en avoir vu plus pendant…

Pourquoi Kick-Ass des gueules ?

Plusieurs années après avoir atteint la célébrité grâce à un film devenu culte, Kick Ass, l'un des premiers "vrais" super-héros, revient. Mais qui aura les épaules pour endosser le costume ?

A cette question, qui constitue pourtant l'un des arguments de vente si l'on en croit la 4ème de couverture, il faut attendre bien peu longtemps pour obtenir la réponse. C'est bien dès la seconde page que la révélation intervient (si, comme moi, vous n'avez pas vu les planches de promotion). Le visage de notre nouveau protagoniste dévoilé, on enchaîne rapidement avec quelques flash-backs qui permettent de comprendre d'où elle tire ses motivations et ses aptitudes au combat.
Contrairement à bon nombre d'origin stories, Mark Millar ne tombe pas dans l'écueil qui consisterait à raconter en détails et en longueur ce qui amène l’héroïne à endosser le costume, et parvient à nous donner le juste nombre d'informations.

Renouvellement assuré ?

Un scénario écrit …