Accéder au contenu principal

The Killing Joke : le retour d'une légende

Si vous ne connaissez pas Batman : The Killing Joke, voici, en trois parties, pourquoi vous devez absolument profiter de la sortie d'une nouvelle édition par Urban Comics, 27 ans après l’originale, pour lire cette œuvre fondatrice des origines du Joker; voire même de l'univers de Batman tout entier.


Origine

En 1988 sortait un comics qui allait bouleverser les lecteurs, et qui resterait, pour des décennies, une œuvre régulièrement citée comme l'une des meilleures histoire de DC Comics.

Directement sorti en graphic novel (contrairement à bon nombre d’œuvres fondatrices de l'époque telles que Watchmen, Batman : Year One, ...), ce projet, contrairement à ce qui est dit par Tim Sale dans l'introduction de l'édition Deluxe d'Urban (et dont je vous parle en troisième partie), n'a pas pour créateur Alan Moore, mais bien le dessinateur, Brian Bolland. Selon lui, "[Moore] ne porte pas particulièrement The Killing Joke dans son coeur". Et bien que certains trouvent que ce dernier n'est pas à la hauteur de certaines autres de ses œuvres (comme Watchmen, ou encore V pour Vendetta), cela est malgré tout dommage, quand on sait à quel point ce graphic novel est d'une excellente qualité, et est digne de la réputation du scénariste.

Les précédentes éditions

The Killing Joke a été ré-édité de nombreuses fois. En 1989, un an après sa parution originale aux États-Unis, il sortait pour la première fois en France sous le titre Souriez. La même année, une nouvelle édition était disponible, toujours sous le même titre, mais cette fois en version poche et dans le catalogue de l'éditeur J'ai lu. Ce graphic novel fut également publié en 2000 par Delcourt ( sous le titre Rire et Mourir ), puis en 2009 par Panini Comics, et enfin, en 2014, dans une édition deluxe par Urban Comics.
Mais comme vous vous en doutez, tout ne s'arrête pas là. En effet, toujours chez Urban Comics, le mois d'avril 2015 a vu sortir en librairie (encore !) une nouvelle édition de The Killing Joke. Encore une édition oui. Mais cette fois-ci, en noir et blanc !

Source : dcplanet.fr

Une œuvre majeure en noir et blanc

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que l’œuvre originale de 1988 était sortie en noir et blanc. Cependant, tous les éditeurs français qui l'avait édité sur le territoire, l'avait fait avec la version colorisée. Il est donc particulièrement agréable de pouvoir aujourd'hui lire ce comics tel qu'il a été pensé à l'origine.
Cette nouvelle édition fait de The Killing Joke (ou de Killing Joke, si vous prenez le titre indiqué sur la couverture), un immanquable, en particulier si vous ne l'avez jamais lu. Certes, elle est un peu plus cher que l'édition "normale" de chez Urban ( 19 euros ), mais une fois que l'on a posé ces mains sur l'objet, on comprend pourquoi. La couverture ainsi que les pages sont très agréables au toucher, le noir et blanc est sublime, et ne fait que renforcer l'intensité de l'histoire, la folie du Joker, point central de celle-ci et le découpage très "cinématographique" de Bolland. Je ne compte pas en dire plus, quant à mon avis sur l’œuvre, la trouvant particulièrement difficile à critiquer. 
The Killing Joke est vraiment une œuvre à part, que vous devez selon moi lire, que vous soyez ou non fan de Batman,. Simplement : jetez-vous dessus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

A Chicken in Space (Critique - Black Mirror S04E01)

Plusieurs mois après tout le monde, et une fois la hype retombée, j'ai enfin commencé le visionnage de la quatrième saison de Black Mirror. J'étais assez intrigué par ce premier épisode qui semblait tendre vers le space opera, soit un style bien différent de ce que à quoi la série nous avait habitué. Ce chantage radical est-il une réussite ? Pour être franc, je reste assez mitigé. Et nous allons voir pourquoi en détail
Attention cependant: je vais spoiler les grandes lignes de l'épisode, ainsi que certains éléments phares de l'intrigue.

Jonathan Prime / Netflix
"Welcome on board lieutenant Cole"

J'avoue avoir été refroidi dès les premiers instants de l'épisode. Je n'ai rien contre des œuvres qui joue pleinement la carte de la nostalgie, mais je m'attendais pas à ça en lançant un épisode de Black Mirror. On se retrouve face à un format en 4/3, des couleurs tapes à l’œil, de la bonne humeur et des effets sonores et visuels tout droits sortis des an…

L'obsession Austin Kleon

Cela fait déjà trois ans que j'ai acheté mon premier livre d'Austin Kleon. Depuis, il n'a cessé de se balader avec moi, au gré de mes voyages ou de mes déménagements. Mais jamais je n'avais encore eu le courage de l'ouvrir. J'ai donc décidé de profiter de la nouvelle année pour y jeter un rapide coup d’œil... qui s'est rapidement transformé en obsession pour son auteur.

Avec une rapide recherche Google, ou si l'on se rend sur son site, on apprend qu'il est né en 1983 (ce qui lui fait 34 ans à ce jour), et qu'il vit aujourd'hui à Austin (Texas).


Il a écrit et publié trois livres (dans lesquels on retrouve aussi bon nombre de ses dessins, sa seconde passion) : Show Your Work!, Newspaper Blackout et Steal Like an Artist (aussi disponible sous la forme d'un journal).



La newsletter liée à son site se vante elle d'avoir plus de 50 000 abonnés, ce qui laisse présumer un nombre plutôt conséquent de visiteurs quotidiens.

Show Your Work!