Accéder au contenu principal

Test : Super Mario 3D Land - 3DS

Avant de commencer ce premier test de Super Mario 3D Land, je précise simplement que tous les screenshots de ce test montrent seulement l'écran du haut car j'ai jugé que celui du bas n'était pas digne d’intérêt étant donné qu'il n'affiche qu'une ou deux informations. On passera donc son temps à regarder celui du haut !

Graphismes :
Les graphismes ne sont pas spectaculaires mais ils restent très beau. La 3D est quand à elle très bien rendue et fait honneur à la console. Activer cette fonctionnalité sera cependant obligatoire dans certains niveaux pour bien distinguer les différents plans.
Jouabilité :
Classique mais efficace. Le stick analogique de la console se montre particulièrement précis. Les différents mondes qui sont cette fois ci en 3D s’avère très bien conçus mais vous ne vous y perdrez jamais !
Bande son :
Les musiques "classiques" de Mario sont une fois de plus réutilisées. Elles restent très plaisantes a écouter et elles accompagneront les niveaux parcourus par le plombier moustachue sans aucun problème en s'adaptant à merveille.
Histoire :
Pour la 349 ème fois, Bowser à enlever Peach. Vous noterez l'extrême originalité de l'histoire !
Tiens, tiens, un faux Bowser ... !
Durée de vie :
Un peu moins d'une vingtaine d'heures vous seront nécessaire pour finir le jeu à 100% ( avoir les 300 étoiles et finir le jeu avec Mario mais aussi Luigi ). De ce point de vue j'ai été assez déçu. Je le pensais plus long compte tenu du nombre de monde disponible. Il y en a 16 en comptant les mondes spéciaux comportant chacun un peu moins de 10 niveaux. Mais n’espérez pas passez un temps fou dans ceux-ci : certains ne vous demanderont même pas 4minutes pour la plupart en fonçant en ligne droite et en récupérant toutes les étoiles du niveau. Et ne comptez pas sur du multi-joueurs pour la rattraper.
Difficulté :
Les mondes normaux sont très simples. Les mondes spéciaux quand à eux seront capables de rapidement vous énervez !
Conclusion : 15/20
Un Mario peu original mais qui reste malgré tout très efficace. La 3D est bien rendue ce qui est, pour un jeu 3DS, un très bon point ! La durée de vie est son plus gros faible étant donné qu'elle n'excède pas la vingtaine d'heure !
Je voulais également souligner quelque chose mais je n'ai pas trouvé le bon endroit pour le placer dans mon test, je le fais donc ici. Le costume de Tanuki, emprunté à Mario Bros 3 est bien trop puissant. Il vous permettra en effet de voler sur une assez longue distance ce qui est un gros avantage. Celui de Tanuki gris vous permettra quand à lui de vous transformez en pierre pendant une dizaine de seconde, vous serez alors invincible ! Si vous prenez le costume, vous verrez comment le jeu deviendra très ( voire bien trop ) facile !
Prix : Une quarantaine d'euros
Support : Boîte ou Nintendo eShop
Musique écouté lors de la rédaction du test : Gun N' Roses - Greatests Hits

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

A Chicken in Space (Critique - Black Mirror S04E01)

Plusieurs mois après tout le monde, et une fois la hype retombée, j'ai enfin commencé le visionnage de la quatrième saison de Black Mirror. J'étais assez intrigué par ce premier épisode qui semblait tendre vers le space opera, soit un style bien différent de ce que à quoi la série nous avait habitué. Ce chantage radical est-il une réussite ? Pour être franc, je reste assez mitigé. Et nous allons voir pourquoi en détail
Attention cependant: je vais spoiler les grandes lignes de l'épisode, ainsi que certains éléments phares de l'intrigue.

Jonathan Prime / Netflix
"Welcome on board lieutenant Cole"

J'avoue avoir été refroidi dès les premiers instants de l'épisode. Je n'ai rien contre des œuvres qui joue pleinement la carte de la nostalgie, mais je m'attendais pas à ça en lançant un épisode de Black Mirror. On se retrouve face à un format en 4/3, des couleurs tapes à l’œil, de la bonne humeur et des effets sonores et visuels tout droits sortis des an…

L'obsession Austin Kleon

Cela fait déjà trois ans que j'ai acheté mon premier livre d'Austin Kleon. Depuis, il n'a cessé de se balader avec moi, au gré de mes voyages ou de mes déménagements. Mais jamais je n'avais encore eu le courage de l'ouvrir. J'ai donc décidé de profiter de la nouvelle année pour y jeter un rapide coup d’œil... qui s'est rapidement transformé en obsession pour son auteur.

Avec une rapide recherche Google, ou si l'on se rend sur son site, on apprend qu'il est né en 1983 (ce qui lui fait 34 ans à ce jour), et qu'il vit aujourd'hui à Austin (Texas).


Il a écrit et publié trois livres (dans lesquels on retrouve aussi bon nombre de ses dessins, sa seconde passion) : Show Your Work!, Newspaper Blackout et Steal Like an Artist (aussi disponible sous la forme d'un journal).



La newsletter liée à son site se vante elle d'avoir plus de 50 000 abonnés, ce qui laisse présumer un nombre plutôt conséquent de visiteurs quotidiens.

Show Your Work!