Accéder au contenu principal

Test : Persona 2 Innocent Sin - PSP

Persona 2 : Innocent Sin est un jeu de rôle sorti le 25 novembre 2011 sur Playstation Portable, édité et développé par Atlus. Il s'agit d'un remake du jeu original sorti sur PS1 à l'époque, on y dirige un groupe de lycéens évoluant dans une ville frappée par une malédiction dû à un étrange personnage qui serait capable d’exaucer les voeux : Le Joker ( non pas lui !).
Graphismes :
Les personnages 2D évoluent dans un décor 3D des plus agréables à l'oeil. L'intégration de ces mêmes personnages dans le décor est parfaitement réussi. Des artworks de qualité viendront égayer les combats ou les très nombreuses conversations. Il ne faut cependant pas regarder l'écran de trop près sous peine de voir de nombreux pixels apparaîtrent ! Des séquences animés viendront égayer les moments forts de l'aventure.
Jouabilité :
Les combats et la jouabilité sont très classiques et efficaces, on y retrouve ce qui fait la force des autres jeux de la série c'est à dire l'invocation et la fusion de Personas, le déplacement en vue de dessus sur la carte de la ville, etc... Un point intéressant du gameplay, c'est le fait de pouvoir discuter avec les monstres pendant un combat, en fonction de vos réponses, ce même monstre pourra rentrer dans votre équipe ou au contraire vous attaquez ! On pourra cependant reprocher au jeu des combats un peu long et trop nombreux. La navigation dans les menus se fait sans peine et rien n'est à redire sur ce point.
Bande-son :
Des musiques superbes dans la lignée des autres Persona. Comble du luxe, vous pourrez à partir du menu choisir entre les musiques originales ou un remix de celles-ci ! Les voix sont quant à elle en anglais ( pas de Japonais malheureusement ) et sont correctes dans l'ensemble.
Histoire :
C'est l'une des grandes forces du jeu. Malgré le fait que l'histoire peine à se lancer, une fois qu'elle vous aura happé, vous ne pourrez plus lâcher votre console ! Les dialogues sont très nombreux et d'une grande qualité. Les personnages sont attachants et possèdent un background profond et développé. Mais il reste un gros point noir : la langue ! En effet, le jeu existe uniquement en anglais.
Durée de vie :
Une durée de vie plus que correcte pour le genre : comptez un peu plus de quarante heures pour le finir sans tenter d'obtenir les armes légendaires et toutes les Personas.
Difficulté :
Les combats étant très nombreux,  vous passerez vos niveaux très rapidement. Si vous utilisez l'argent gagné lors de ces mêmes combats pour acheter les dernières armes et armures vous n'aurez aucun mal à avancer dans l'histoire.
Conclusion :  18/20
Un jeu possédant une histoire profonde un gameplay efficace, des musiques superbes, une durée de vie énorme, que demander de plus si ce n'est une traduction française qui permettrait l'adoption de celui-ci par un public plus large ? Rien ! Pour les amateurs de jeux de rôles qui ne seront pas gênés par l'absence de traduction, Persona 2 est un pur joyau indispensable à votre ludothèque.

Fiche technique :
Prix : Environ 50 euros !
Support : UMD

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, ou comment je me suis ennuyé pendant 10h sans m’en rendre compte

Après avoir sévi dans une série des années 90 devenue culte, Sabrina revient. Et elle a bien changée. Adieu ambiance bonne enfant et décors colorés : Netflix a fait un choix radical entre séance d’exorcisme, meurtres et démons médiocres. Un programme alléchant qui ne sert pourtant que de façade.
Trop jeune pour avoir connu la série originale ? Ou simplement trop occupé pour avoir pris le temps de la découvrir ? Force est de constater que lorsque l’on débarque ainsi en terrain inconnu, s’étalent devant nous tout un univers alléchant et ses personnages.

C’est avec grand plaisir que je passe le premier épisode. Je jubile devant le second, j’enchaîne avec un troisième. Finalement, sans m’en rendre compte, j’avale en quelques jours les dix épisodes d’une heure qui constituent cette première saison. J’en ressors avec une impression de satisfaction. L’heure des sorcières ? Pourtant, je ne cesse de repenser à l’épisode final. Une désagréable impression d’en avoir vu plus pendant…

Pourquoi Kick-Ass des gueules ?

Plusieurs années après avoir atteint la célébrité grâce à un film devenu culte, Kick Ass, l'un des premiers "vrais" super-héros, revient. Mais qui aura les épaules pour endosser le costume ?

A cette question, qui constitue pourtant l'un des arguments de vente si l'on en croit la 4ème de couverture, il faut attendre bien peu longtemps pour obtenir la réponse. C'est bien dès la seconde page que la révélation intervient (si, comme moi, vous n'avez pas vu les planches de promotion). Le visage de notre nouveau protagoniste dévoilé, on enchaîne rapidement avec quelques flash-backs qui permettent de comprendre d'où elle tire ses motivations et ses aptitudes au combat.
Contrairement à bon nombre d'origin stories, Mark Millar ne tombe pas dans l'écueil qui consisterait à raconter en détails et en longueur ce qui amène l’héroïne à endosser le costume, et parvient à nous donner le juste nombre d'informations.

Renouvellement assuré ?

Un scénario écrit …