Accéder au contenu principal

Conférence Xbox One : la déception

La conférence Xbox vient de se finir au moment où j'écris ces lignes. Et vous l'aurez compris à la vue du titre, cette conférence a été une énorme déception.
C'est un choix mais Microsoft a beaucoup trop forcé l'accent sur les fonctionnalités multimédia de sa Xbox One avec la possibilité par exemple de regarder la TV, d'écouter de la musique, d'aller sur internet (avec Internet Explorer bien sûr...). Mais vous allez alors me dire : "Mais rien de nouveau par rapport à la Xbox 360 ?" Et bien non ! Enfin si, je suis mauvaise langue : le mec sur scène a passé quinze minutes à parler à sa Xbox One en lui disant "Xbox, TV" ou "Xbox, Game" ou encore "Xbox, Home" pour montrer que l'interface et le multi-tâches étaient fluides. Ok, c'est sympa cette interface et le Kinect ça fonctionne bien mais on est même pas persuadé que cet essai était en live !! De plus, on est absolument pas sûr d'avoir tous ces services en France (les gens de chez Microsoft ont bien annoncés 2015 mais ils n'ont pas précisés quels services seraient de la partie et lesquels n'en seraient pas). Et enfin, pour en revenir à Kinect, on s'en fout sérieux, la majorité des gens qui regardaient la conférence étaient soit des gamers soit des pros, les familles qui ont une Wii et qui adorent le Kinect, elles, ne regardaient pas la conférence donc ça ne sert à rien d'en faire des tonnes et de ne parler que de cette fonctionnalité pendant 20 minutes !
Bon, c'est vrai que contrairement à la conférence de Sony, on connait désormais le design ( moche ) de la console, qui me fait d'ailleurs penser à une box Internet. On a aussi eu la (mal)chance de pouvoir apercevoir les manettes qui possèdent elles aussi une esthétique des plus médiocres. Mais au niveau des jeux, ce qui m'intéresse, et ce qui intéresse principalement les gens ... c'est le vide total !
Quatre jeux de sport, un nouveau jeu de Remedy ( en exclusivité ) Quantum BreakForza 5 et le dispensable Call Of Duty : Ghost c'est tout ce que l'on a pu voir des jeux sur Xbox One. D'ailleurs, sur ce COD, qui est le jeu qui a le plus longuement été présenté, on a surtout entendu parlé de chiens et des détails des personnages ( mains, poils sur les bras, tatouages .. en bref, ce dont tout le monde se fout ). En tout, on a même pas dû voir une minute de gameplay, et celle-ci a été uniquement sur le nouveau Call Of Duty ! Le reste ? Des images de cinématiques. Ah, et aucun gameplay en live, faut pas déconner non plus ! Certes tout a l'air plus beau, on sent que la console en a dans le bide et est plus puissante que la 360 mais, globalement, rien qui préfigure une révolution.
Cette conférence est donc une énorme déception : le design de la console est très passable, les trois quarts du temps, les intervenants ont parlés des fonctionnalités multimédia ou de Kinect ( je le répète : c'est un truc inutile ), des jeux au nombre de (seulement ) six dont cinq inintéressants ( les jeux de sport et COD ), et puis, finalement, on a eu aucune vraie exclue qui fait baver devant son écran.
Comme je l'ai dit plus haut, les jeux étant la principale chose qui m'attire sur une nouvelle console, il ne me reste plus qu'à attendre l'E3 pour, je l'espère, en prendre plein les yeux et pour pouvoir, une fois encore, croire en Microsoft !
Ah, et dernière chose : bien entendu aucun prix ni aucune date de sortie, et pas de rétrocompatibilité Xbox 360, faut pas trop en demander non plus !







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, ou comment je me suis ennuyé pendant 10h sans m’en rendre compte

Après avoir sévi dans une série des années 90 devenue culte, Sabrina revient. Et elle a bien changée. Adieu ambiance bonne enfant et décors colorés : Netflix a fait un choix radical entre séance d’exorcisme, meurtres et démons médiocres. Un programme alléchant qui ne sert pourtant que de façade.
Trop jeune pour avoir connu la série originale ? Ou simplement trop occupé pour avoir pris le temps de la découvrir ? Force est de constater que lorsque l’on débarque ainsi en terrain inconnu, s’étalent devant nous tout un univers alléchant et ses personnages.

C’est avec grand plaisir que je passe le premier épisode. Je jubile devant le second, j’enchaîne avec un troisième. Finalement, sans m’en rendre compte, j’avale en quelques jours les dix épisodes d’une heure qui constituent cette première saison. J’en ressors avec une impression de satisfaction. L’heure des sorcières ? Pourtant, je ne cesse de repenser à l’épisode final. Une désagréable impression d’en avoir vu plus pendant…

Pourquoi Kick-Ass des gueules ?

Plusieurs années après avoir atteint la célébrité grâce à un film devenu culte, Kick Ass, l'un des premiers "vrais" super-héros, revient. Mais qui aura les épaules pour endosser le costume ?

A cette question, qui constitue pourtant l'un des arguments de vente si l'on en croit la 4ème de couverture, il faut attendre bien peu longtemps pour obtenir la réponse. C'est bien dès la seconde page que la révélation intervient (si, comme moi, vous n'avez pas vu les planches de promotion). Le visage de notre nouveau protagoniste dévoilé, on enchaîne rapidement avec quelques flash-backs qui permettent de comprendre d'où elle tire ses motivations et ses aptitudes au combat.
Contrairement à bon nombre d'origin stories, Mark Millar ne tombe pas dans l'écueil qui consisterait à raconter en détails et en longueur ce qui amène l’héroïne à endosser le costume, et parvient à nous donner le juste nombre d'informations.

Renouvellement assuré ?

Un scénario écrit …