Accéder au contenu principal

A Chicken in Space (Critique - Black Mirror S04E01)

Plusieurs mois après tout le monde, et une fois la hype retombée, j'ai enfin commencé le visionnage de la quatrième saison de Black Mirror. J'étais assez intrigué par ce premier épisode qui semblait tendre vers le space opera, soit un style bien différent de ce que à quoi la série nous avait habitué. Ce chantage radical est-il une réussite ? Pour être franc, je reste assez mitigé. Et nous allons voir pourquoi en détail
Attention cependant : je vais spoiler les grandes lignes de l'épisode, ainsi que certains éléments phares de l'intrigue.

Jonathan Prime / Netflix

"Welcome on board lieutenant Cole"

J'avoue avoir été refroidi dès les premiers instants de l'épisode. Je n'ai rien contre des œuvres qui joue pleinement la carte de la nostalgie, mais je m'attendais pas à ça en lançant un épisode de Black Mirror. On se retrouve face à un format en 4/3, des couleurs tapes à l’œil, de la bonne humeur et des effets sonores et visuels tout droits sortis des années 80. Jusque là, tout semble aller pour le mieux.

Transition.

Nous sommes dans un ascenseur avec Daly, personnage principal et capitaine du U.S.S. Callister. Rien à voir avec tout l'univers auquel on nous avait introduit dans les trailers. Sur ce point, on peut dire que Netflix a bien caché son jeu, puisque rien ne nous laissait penser que l'on retrouverait les aspects classiques de la série : réalisation sobre, couleurs froides, ambiance sonore oppressante, avec des personnages évoluant dans un monde où, comme à l'habitude, la technologie a fait un grand pas en avant.

On découvre petit à petit que non content d'être un codeur de génie et créateur d'une sorte de jeu vidéo/interface virtuelle (peu d'infos sont donnés sur son fonctionnement), Daly possède aussi sa propre version hors-ligne, dans lequel il est capitaine de ce fameux vaisseau. Et là, l'ambiance joyeuse et bon enfant à laquelle on s'attendait s'effondre. Si, au quotidien et au bureau Daly est maladroit, peu sociable et qu'il se fait marcher dessus par son patron, dans l'univers qu'il a créé, il est le maître tout puissant. Il maltraite, torture ou agresse sexuellement ses coéquipiers(ères), qui vivent un véritable cauchemar.

Plus on l'en apprend sur ce jeu, plus l'on se sent dérangé. Et pour cause : sans trop d'explications, on nous balance à la figure que Daly peut, grâce à un fragment d'ADN récupéré dans la vie réelle, créer une copie numérique de la personne pour l'intégrer virtuellement à son univers. Elle possède alors une véritable conscience d'elle même ainsi qu'avec tous ses souvenirs, connaissances, etc...

Dès lors, Cole, la nouvelle recrue (une collègue de bureau de Daly fraîchement arrivée), va tenter, avec les autres membres d'équipage prisonniers du jeu depuis des années, d'échapper à son emprise.


"Crew, we have a new member of the team"

Rien ne sonne faux dans l'univers qui nous est dépeint ici. Les décors restent assez minimalistes (que ce soit dans la réalité ou dans le monde virtuel), mais sont toujours propres et convaincants. Les effets visuels en font de même. Néanmoins, je suis resté sur ma faim. J'ai l'impression qu'il manque quelque chose à cette épisode qui manque de saveur.

Je n'ai pas noté de faux pas au niveau de l'écriture, mais après une courte réflexion, j'ai réussi à mettre le doigt sur ce qui m'avait dérangé : je n'étais pas investi et je ne ressentais aucune émotion pour les personnages. Paradoxal, quand on sait qu'il s'agit normalement là de l'une des grandes forces de Black Mirror.... On peut voir vaguement une tentative de réflexion sur l'éthique liée au clonage, mais la totalité des personnages principaux (excepté Daly, dont la mort laisse indifférent), sont justement de simples copies numériques.... Dès lors, difficile d'avoir peur pour eux.

Un autre point assez dommageable est le peu d'informations que l'on nous offre concernant à la fois Infinity (le fameux jeu dont Daly est à l'origine) ou même les personnages.... L'épisode reste dans un flou constant, et lorsque le générique apparaît à l'écran on a l'impression que tout a été trop vite, et d'avoir simplement effleuré toutes les possibilités scénaristiques qui étaient pourtant offertes.

"Cheers for Captain Daly !"

U.S.S. Callister n'est donc pas mauvais, en cela qu'il est inhabituel et parvient à surprendre les spectateurs durant les premières minutes. Mais une fois celles-ci passées, l'ennui s'installe. En définitif, on ne gardera pas un souvenir intense ou marquant de cet épisode, qui sera (je l'espère), supplanté niveau qualité par la suite de cette saison.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, ou comment je me suis ennuyé pendant 10h sans m’en rendre compte

Après avoir sévi dans une série des années 90 devenue culte, Sabrina revient. Et elle a bien changée. Adieu ambiance bonne enfant et décors colorés : Netflix a fait un choix radical entre séance d’exorcisme, meurtres et démons médiocres. Un programme alléchant qui ne sert pourtant que de façade.
Trop jeune pour avoir connu la série originale ? Ou simplement trop occupé pour avoir pris le temps de la découvrir ? Force est de constater que lorsque l’on débarque ainsi en terrain inconnu, s’étalent devant nous tout un univers alléchant et ses personnages.

C’est avec grand plaisir que je passe le premier épisode. Je jubile devant le second, j’enchaîne avec un troisième. Finalement, sans m’en rendre compte, j’avale en quelques jours les dix épisodes d’une heure qui constituent cette première saison. J’en ressors avec une impression de satisfaction. L’heure des sorcières ? Pourtant, je ne cesse de repenser à l’épisode final. Une désagréable impression d’en avoir vu plus pendant…

Review - Marvel Rising : Squirrel Girl & Ms. Marvel #1

Ce n'est pas la première fois que je mentionne l'affection que j'ai pour Ms. Marvel, encore à ce jour l'un de mes personnages préférés parmi "l'écurie des jeunes" chez Marvel Comics.
Le contexte social et culturel dans lequel évolue Kamala Khan, jeune femme attachante s'il en est, y est pour beaucoup : les scénaristes les exploitent plutôt bien, en amenant des situations assez inédites et qui tranchent avec le reste de l'univers. Et c'est pour le mieux !
J'ai donc accueilli avec un intérêt certain le numéro 1 d'une série Marvel Rising dans laquelle on retrouve Ms. Marvel accompagnée de la bien nommée... Squirrel Girl !
Malgré le bon accueil que les aventures de cette dernière ont suscités, je ne m'étais jamais penché dessus... à regret. Mais ma liste de lectures s'allongeant littéralement de jour en jour, il faut faire des choix. Même s'ils sont difficiles !


Cette première issue reprend donc alors que Doreen (aka Squirrel G…