Accéder au contenu principal

Critique : Scream

Scream fait partie de ces très trop nombreux films qui m'attendent pour un visionnage en bonne et due forme. Parce qu'il faut bien commencer quelque part, et comme l'hiver approche (pitié, ne me parlez pas de Games Of Thrones), j'ai (enfin) décidé d'ouvrir la liste de mes favoris sur Pop Corn Time et de sélectionner un film au hasard de manière totalement arbitraire.

Scream est donc un film réalisé par Wes Craven, sorti en 1996, et possédant pour casting un ensemble d’adolescents tous plus inconnus les uns que les autres (du moins à ma connaissance. Et la flemmardise n’empêche d'aller vérifier).

Tâchons donc de nous atteler à cette énième critique en commençant par se concentrer sur les défauts de l’œuvre de Wes Craven. Un réalisateur qui, pour prouver que Scream est vraiment un film d'horreur, n'a rien trouvé de mieux que de nous balancer un jump-scare toutes les trentes secondes, en particulier pendant les premières séquences du film. Alors ok, c'est marrant deux minutes, on sait que c'est un procédé commun à quasiment tous les films d'horreur (surtout que celui-ci s'attache à jouer avec ces codes, j'y reviendrais ), mais rapidement cela devient lassant. Surtout qu'ils se ressemblent tous.

Je pense qu'il est superflu de parler de l'intrigue, tant celle-ci est classique, connue de tous et ne réserve que peu de surprises.

Dans l'introduction, je parlais des acteurs adolescents, tous inconnus. J'en arriverais presque à trouver leurs personnages sympathiques si leur jeu d'acteur n'était pas à ce point dans l'exagération, dans l'humour toujours un peu forcé et dans les dialogues toujours plus beaufs.

A toutes mes critiques formulées dans les paragraphes précédents, on pourrait m'opposer que Scream est, justement, un film second degré qui se joue des codes du cinéma d'horreur des années 80-90. Mais c’est par ces aspects que, selon moi, le film pêche. On sent que tout a été fait pour "parodier" (entre guillemets, car je ne considère pas l’œuvre comme une parodie au sens propre), mais néanmoins, on a l'impression qu'il ne parvient pas à totalement assumer ce côté "jouer avec les codes", et que le réal hésite entre faire slasher-movie pur et dur et faire un détournement à la Scary Movie. Là où ce dernier assume, ne réfléchit pas une seconde et tombe, en le revendiquant, dans le ridicule, l'exagération, et l'humour facile.

Si le fait de ne pas savoir ce que je regardais, et de me questionner sans cesse sur la démarche et les intentions de Craven m'a dérangé pendant le visionnage du film, cela ne m'a cependant pas empêché de profiter d'un bon moment de cinéma. En témoigne la quantité de notes concernant les aspects positifs que j'ai prise sur mon carnet.

Il est en effet impossible de reprocher au réalisateur d'avoir développé (de manière superficielle, mais intéressante), au détour d'un dialogue premier degré sur le sexe ou l'alcool, des réflexions sur des thèmes aussi divers que la cruauté des adolescents, sur le cinéma d'horreur (logique), ou sur ce que sont prêt à faire les médias et les journalistes pour obtenir un scoop (ce qui fait encore plus écho aujourd'hui avec les événements de janvier dernier).

Ce que l'on pourrait définir comme "l'ambivalence" de Scream, contribue en grande partie à en faire un film culte. A côté de dialogues beaufs, de personnages et d'un jeu d'acteur ridicule, d'un gore exacerbé, on découvre que Craven est beaucoup moins idiot qu'il veut nous le faire croire, et propose de très belles choses, aussi bien au niveau des thèmes abordées, que de la réalisation ou encore du montage. Une œuvre à voir, et qu'il serait idiot de réserver aux seuls fans de film d'horreur !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, ou comment je me suis ennuyé pendant 10h sans m’en rendre compte

Après avoir sévi dans une série des années 90 devenue culte, Sabrina revient. Et elle a bien changée. Adieu ambiance bonne enfant et décors colorés : Netflix a fait un choix radical entre séance d’exorcisme, meurtres et démons médiocres. Un programme alléchant qui ne sert pourtant que de façade.
Trop jeune pour avoir connu la série originale ? Ou simplement trop occupé pour avoir pris le temps de la découvrir ? Force est de constater que lorsque l’on débarque ainsi en terrain inconnu, s’étalent devant nous tout un univers alléchant et ses personnages.

C’est avec grand plaisir que je passe le premier épisode. Je jubile devant le second, j’enchaîne avec un troisième. Finalement, sans m’en rendre compte, j’avale en quelques jours les dix épisodes d’une heure qui constituent cette première saison. J’en ressors avec une impression de satisfaction. L’heure des sorcières ? Pourtant, je ne cesse de repenser à l’épisode final. Une désagréable impression d’en avoir vu plus pendant…

Review - Marvel Rising : Squirrel Girl & Ms. Marvel #1

Ce n'est pas la première fois que je mentionne l'affection que j'ai pour Ms. Marvel, encore à ce jour l'un de mes personnages préférés parmi "l'écurie des jeunes" chez Marvel Comics.
Le contexte social et culturel dans lequel évolue Kamala Khan, jeune femme attachante s'il en est, y est pour beaucoup : les scénaristes les exploitent plutôt bien, en amenant des situations assez inédites et qui tranchent avec le reste de l'univers. Et c'est pour le mieux !
J'ai donc accueilli avec un intérêt certain le numéro 1 d'une série Marvel Rising dans laquelle on retrouve Ms. Marvel accompagnée de la bien nommée... Squirrel Girl !
Malgré le bon accueil que les aventures de cette dernière ont suscités, je ne m'étais jamais penché dessus... à regret. Mais ma liste de lectures s'allongeant littéralement de jour en jour, il faut faire des choix. Même s'ils sont difficiles !


Cette première issue reprend donc alors que Doreen (aka Squirrel G…