Accéder au contenu principal

Chronique : Freelance, Grover Lewis à Rolling Stone

J'ai découvert Grover Lewis grâce à la sortie récente d'un recueil regroupant nombre de ses articles, Le cinéma infiltré, chez Capricii. M'étant découvert une passion pour le bonhomme, j'ai décidé d'en apprendre un peu plus grâce à l'ouvrage de Philippe Garnier (si vous ne le connaissez pas, sachez que son nom est à retenir) Freelance, Grover Lewis à Rolling Stone.

Ce bouquin est une véritable mine d'or (et je pèse mes mots), rempli d’anecdotes, d'informations captivantes aussi bien sur Lewis, que sur le cinéma, Rolling Stone, le journalisme, voire même sur l'Amérique en général. Chacun pourra donc y trouver son compte. Mais devant la masse conséquente de matière, on pouvait avoir peur que le livre soit un peu fouilli. Et, malheureusement, c'est un peu le cas, la faute en particulier à un chapitrage un peu bordélique. L'auteur nous perd parfois, et on a l'impression que lui-même ne sait pas trop où il va.

Je ne saurais que trop vous conseiller de lire cet ouvrage en ayant à portée de main un carnet, histoire de prendre note des nombreuses informations que donne Philippe Garnier au fil des pages.
Il peut également être utile de vous munir d'un dictionnaire (si vous lisez sur une liseuse comme moi, celui-ci est déjà fourni, et c'est bien pratique), car certains morceaux d'articles, intraduisibles selon l'auteur, sont présentés directement en VO. Une idée qui pourra en déranger certains, mais qui prouve l'amour que porte Garnier aux textes de Grover Lewis.

Comble du bonheur, deux articles de ce dernier, parus à l'époque dans Rolling Stone, sont présents en intégralité. Beyond the fuck-up line, (avec Robert Mitchum), dans une traduction un peu meilleure que celle proposée dans le cinéma infiltré, ainsi que l'un des meilleurs papiers de l'auteur : Splendor in the short grass.
Splendeur dans l'herbe rase en français, est ici à la fois présent en Version Originale, et dans une version traduite par Garnier lui-même ( quand on sait qu'il a traduit Bukowski, on ne peut qu'approuver toutes ses traductions ).

En plus d'être une source quasiment impérissable d'informations sur le journalisme de cinéma, rien que pour ces deux textes, l'achat du livre est indispensable. Prenez votre temps, prenez des notes, mais lisez-le !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, ou comment je me suis ennuyé pendant 10h sans m’en rendre compte

Après avoir sévi dans une série des années 90 devenue culte, Sabrina revient. Et elle a bien changée. Adieu ambiance bonne enfant et décors colorés : Netflix a fait un choix radical entre séance d’exorcisme, meurtres et démons médiocres. Un programme alléchant qui ne sert pourtant que de façade.
Trop jeune pour avoir connu la série originale ? Ou simplement trop occupé pour avoir pris le temps de la découvrir ? Force est de constater que lorsque l’on débarque ainsi en terrain inconnu, s’étalent devant nous tout un univers alléchant et ses personnages.

C’est avec grand plaisir que je passe le premier épisode. Je jubile devant le second, j’enchaîne avec un troisième. Finalement, sans m’en rendre compte, j’avale en quelques jours les dix épisodes d’une heure qui constituent cette première saison. J’en ressors avec une impression de satisfaction. L’heure des sorcières ? Pourtant, je ne cesse de repenser à l’épisode final. Une désagréable impression d’en avoir vu plus pendant…

Pourquoi Kick-Ass des gueules ?

Plusieurs années après avoir atteint la célébrité grâce à un film devenu culte, Kick Ass, l'un des premiers "vrais" super-héros, revient. Mais qui aura les épaules pour endosser le costume ?

A cette question, qui constitue pourtant l'un des arguments de vente si l'on en croit la 4ème de couverture, il faut attendre bien peu longtemps pour obtenir la réponse. C'est bien dès la seconde page que la révélation intervient (si, comme moi, vous n'avez pas vu les planches de promotion). Le visage de notre nouveau protagoniste dévoilé, on enchaîne rapidement avec quelques flash-backs qui permettent de comprendre d'où elle tire ses motivations et ses aptitudes au combat.
Contrairement à bon nombre d'origin stories, Mark Millar ne tombe pas dans l'écueil qui consisterait à raconter en détails et en longueur ce qui amène l’héroïne à endosser le costume, et parvient à nous donner le juste nombre d'informations.

Renouvellement assuré ?

Un scénario écrit …