Accéder au contenu principal

Reviews : Axis 1, Avengers 23, Guardians of the galaxy 23

Voici ce que j'ai lu (en partie) et ce que je vous conseille/déconseille en cette fin de mois de Mai.


Axis 1 : Regroupant les 2 premiers épisodes de l'event ( sur 8 ), ce numéro déçoit. Pourtant, le crossover promettait d'être grandiose dans les pages d'Uncanny Avengers. Mou, sans grands enjeux, si Axis ne regroupait pas les Avengers et les X-men, je ne l'aurais sûrement pas acheté. Cela semble être un principe de base chez Marvel : un crossover sur deux est mauvais : Age of Ultron puis le (très) bon Infinity, Axis (qui commence plutôt mal), puis Secret Wars (qui d'après les retours des lecteurs VO s'annonce vraiment excellent). Quand on sait que ce dernier va bouleverser l'univers tout entier et qu'il arrive dans six mois chez nous, on a un peu l'impression qu'Axis ne sert qu'à boucher les trous de publications. Mais ne jugeons pas trop vite. L'event peut encore se rattraper, surtout que la fin du second numéro peut amener quelque chose d’intéressant.


Avengers 23 : Hickman a su conquérir le cœur des lecteurs avec les séries New Avengers et Avengers. J'étais (et je reste) un grand fan de cette dernière, l'idée du "passage" (faute d'un meilleur terme) de la série dans le futur est bien utilisé, et j'attends avec impatience les prochains numéros pour savoir comment on en est arrivé là. Le scénariste est toujours fidèle à lui même dans son écriture, et c'est tant mieux.
Le sommaire du magazine se poursuit avec deux épisodes des New Avengers. Le premier s'attarde de manière à mon goût un peu trop longue sur les actions de Namor à la fin de l'épisode précédent, mais reste de bonne qualité. L'épisode 23 quant à lui apporte quelque chose de nouveau, aux conséquences qui seront sans aucun doute très importantes, et le cliffanger imprévisible est juste génial. Ah et puis Kev Walker assure la partie graphique. Donc c'est beau.
Pour conclure le magazine du mois de Mai, on retrouve le 13ème et le 14ème épisode d'Avengers World. J'avoue que depuis le début de cette série, j'ai du mal à apprécier. Pas que ce soit mauvais, je pense que la "faute" incombe surtout aux nouveaux personnages introduits par Nick Spencer, qui sont trop nombreux, et qui donc ne peuvent être suffisamment développés. Ou peut-être encore au fait que l'action se passe sur de trop nombreux tableaux à la fois. Les deux épisodes restent assez sympas malgré tout.

Ni très bon comme certains autres numéros, ni mauvais comme d'autres fois, ce numéro 23 du magazine Avengers reste un indispensable : les choses risquent de devenir très intéressantes dès le mois prochain !


Guardians of the galaxy 23 : Dans la série éponyme, on retrouve une fois de plus Star-Lord, Nova, Drax, ainsi que Thanos, dans l'épisode qui signe la fin de l'event Original Sin dans les pages du magazine. J'avais eu beaucoup de mal à apprécier les 2 premiers épisodes liés à celui-ci, et le 3ème n'arrange rien. Bendis écrit ici un récit sans saveur, inintéressant, qui s'est déroulé il y a plusieurs mois, et dont les conséquences n'ont pour l'instant aucune répercussion (ou presque) sur les relations entre les membres de l'équipe. Heureusement pour nous, dès le mois prochain, Original Sin sera derrière nous pour laisser sa place à quelque chose de meilleur. En tout cas je l'espère.
Legendary Star-Lord quant à elle, partait bien. Mais depuis deux numéros, je lis la série sans plaisir.  Certes, c'est le même arc, mais pour l'instant, c'est plutôt plat, et j'ai du mal à apprécier le Star-Lord écrit par Sam Humpries. Abnett, tu me manques.

On arrive au gros point fort du magazine, dont l'absence dans les précédents numéros se faisait cruellement ressentir : Rocket Racoon par Skottie Young ! Rien que ce nom devrait suffire. C'est très bien écrit, drôle, bourré d'action, décomplexé, beau, en bref, c'est du Young. Jetez-vous dessus sans plus attendre.
Au début de Nova, le duo Loeb/Mc Guiness, qui fonctionnait extrêmement bien, nous permettait de lire un récit rafraîchissant, avec un personnage jeune et attachant, autant préoccupé par ses soucis d'adolescent que par sa toute nouvelle fonction de Nova. Depuis, Duggan et Baldeon ont pris la relève, et ce n'est plus ni beau (attention, je parle ici en comparaison des planches d'Ed Mc Guiness), ni intéressant. La série traîne en longueur et a perdu tout ce qui faisait sa force à ses débuts. Heureusement, le 20ème épisode fait intervenir Rocket Racoon, et offre quelques révélations sympathiques. Si l'épisode 21 est plutôt moyen, le cliffanger est bon, et je suis impatient de lire le prochain, en espérant retrouver le Sam du début !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

A Chicken in Space (Critique - Black Mirror S04E01)

Plusieurs mois après tout le monde, et une fois la hype retombée, j'ai enfin commencé le visionnage de la quatrième saison de Black Mirror. J'étais assez intrigué par ce premier épisode qui semblait tendre vers le space opera, soit un style bien différent de ce que à quoi la série nous avait habitué. Ce chantage radical est-il une réussite ? Pour être franc, je reste assez mitigé. Et nous allons voir pourquoi en détail
Attention cependant: je vais spoiler les grandes lignes de l'épisode, ainsi que certains éléments phares de l'intrigue.

Jonathan Prime / Netflix
"Welcome on board lieutenant Cole"

J'avoue avoir été refroidi dès les premiers instants de l'épisode. Je n'ai rien contre des œuvres qui joue pleinement la carte de la nostalgie, mais je m'attendais pas à ça en lançant un épisode de Black Mirror. On se retrouve face à un format en 4/3, des couleurs tapes à l’œil, de la bonne humeur et des effets sonores et visuels tout droits sortis des an…

L'obsession Austin Kleon

Cela fait déjà trois ans que j'ai acheté mon premier livre d'Austin Kleon. Depuis, il n'a cessé de se balader avec moi, au gré de mes voyages ou de mes déménagements. Mais jamais je n'avais encore eu le courage de l'ouvrir. J'ai donc décidé de profiter de la nouvelle année pour y jeter un rapide coup d’œil... qui s'est rapidement transformé en obsession pour son auteur.

Avec une rapide recherche Google, ou si l'on se rend sur son site, on apprend qu'il est né en 1983 (ce qui lui fait 34 ans à ce jour), et qu'il vit aujourd'hui à Austin (Texas).


Il a écrit et publié trois livres (dans lesquels on retrouve aussi bon nombre de ses dessins, sa seconde passion) : Show Your Work!, Newspaper Blackout et Steal Like an Artist (aussi disponible sous la forme d'un journal).



La newsletter liée à son site se vante elle d'avoir plus de 50 000 abonnés, ce qui laisse présumer un nombre plutôt conséquent de visiteurs quotidiens.

Show Your Work!