Accéder au contenu principal

Critique - Mad Max : Fury Road

30 ans après le Dôme du tonnerre, et 36 ans après le tout premier opus, Mad Max revient, avec encore et toujours le réalisateur Georges Miller (créateur de la trilogie originale) aux commandes, avec Charlize Theron, mais surtout Tom Hardy remplaçant Mel Gibson dans le rôle titre.

En naviguant sur internet, je me suis aperçu que pas mal de spectateurs avaient été déçus par le film, lui reprochant d'être trop fidèle à ce qu'il promettait dans les diverses bande-annonces. Mais j'y reviendrai un peu plus tard dans la conclusion.
Fury Road, c'est donc 2h de course poursuite non-stop (ou presque), des personnages complètement tarés, des explosions, de l'action survoltée et haletante, le tout dans des décors absolument grandioses, dont le gigantisme est accentué par une 3D très bien utilisée. La mise en scène et la réalisation, très efficaces au demeurant, nous offrent des images d'une rare beauté, enveloppée dans une superbe lumière. Et si on retrouve certains plans inhérents à tous les gros blockbusters hollywoodiens, la plupart sont particulièrement inspirés, originaux, et bien loin des standards habituels. Ils sont tout simplement magnifiques, et la simple bande-annonce ci-dessous vous permettra de vous en rendre compte.

Tous les acteurs, premiers comme second couteaux, offrent de bonnes prestations. Tom Hardy renouvelle ici le personnage, en campant un Mad Max à la fois hanté par son passé mais aussi un peu plus humain, tout en conservant ce qui faisait le personnage incarné par Mel Gibson dans les trois premiers volets. Le scénario, comme les personnages, peut sembler un peu aride (....), mais celui-ci sert, selon moi, l'intérêt du film. En développant trop son histoire ou les différents protagonistes (qui malgré leur traitements superficiel, restent intéressants), Fury Road aurait perdu de son côté bourrin totalement assumé. Malgré son récit servant principalement de faire-valoir à l'action, le film développe quelques thématiques intéressantes : en plus de celles du contrôle de l'eau et du pétrole, que l'on retrouve dans chaque volet de la saga, George Miller aborde ici de nouveaux thèmes forts, que je ne dévoilerai pas ici pour éviter de vous gâcher la surprise.

La bande-originale fait bien son travail, en nous collant au siège (littéralement. Pensez à prendre rendez-vous chez l'ORL avant d'acheter vos places pour aller voir le film), et en ne nous laissant pas un moment de répit. Malgré tout, les musiques se font parfois un peu oublier parmi les vrombissements de moteur, les explosions et autres cris de "War Boys", et c'est un peu dommage, tant certains morceaux sont parfaits (le Requiem Dies Irae de Verdi ...).

En conclusion, je dirais que Mad Max : Fury Road n'est pas un film pour tous. Comme je le disais dans l'introduction, le film promet 2h d'action non-stop, et l'assume. Beaucoup de spectateurs sont, je pense, aller le voir en n'ayant jamais vu un seul Mad Max (ce qui était le cas de la personne avec qui je suis allé au cinéma, et qui l'a cependant adoré ), et, en conséquence, en attendait plus que ce qu'il promettait.
Maintenant, vous savez, si vous ne connaissez rien à l'univers de la saga, à quoi vous attendre.
Car si Fury Road, pour moi, n'est pas le chef d’œuvre dont beaucoup ont parlé (j'avoue avoir ressenti quelques légers moments de lassitude et de flottement lors de certaines scènes d'action qui, à de très rares moments, se ressemblent un peu trop. Même si, il faut bien l'avouer, la plupart d’entre elles se renouvellent grâce à de nouveaux personnages ou de nouveaux éléments), il reste un film d'action ultra-efficace, certes bourrin (sans être excessivement gore), mais avec un réel propos de fond derrière, aux images sublimes, et sans défaut majeur. C'est donc un quasi sans-faute pour le réalisateur Georges Miller qui, avec ce film, poursuit la saga de manière magistrale. Un très bon blockbuster, et, à n'en pas douter, l'un des meilleurs de cette année 2015 !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

A Chicken in Space (Critique - Black Mirror S04E01)

Plusieurs mois après tout le monde, et une fois la hype retombée, j'ai enfin commencé le visionnage de la quatrième saison de Black Mirror. J'étais assez intrigué par ce premier épisode qui semblait tendre vers le space opera, soit un style bien différent de ce que à quoi la série nous avait habitué. Ce chantage radical est-il une réussite ? Pour être franc, je reste assez mitigé. Et nous allons voir pourquoi en détail
Attention cependant: je vais spoiler les grandes lignes de l'épisode, ainsi que certains éléments phares de l'intrigue.

Jonathan Prime / Netflix
"Welcome on board lieutenant Cole"

J'avoue avoir été refroidi dès les premiers instants de l'épisode. Je n'ai rien contre des œuvres qui joue pleinement la carte de la nostalgie, mais je m'attendais pas à ça en lançant un épisode de Black Mirror. On se retrouve face à un format en 4/3, des couleurs tapes à l’œil, de la bonne humeur et des effets sonores et visuels tout droits sortis des an…

L'obsession Austin Kleon

Cela fait déjà trois ans que j'ai acheté mon premier livre d'Austin Kleon. Depuis, il n'a cessé de se balader avec moi, au gré de mes voyages ou de mes déménagements. Mais jamais je n'avais encore eu le courage de l'ouvrir. J'ai donc décidé de profiter de la nouvelle année pour y jeter un rapide coup d’œil... qui s'est rapidement transformé en obsession pour son auteur.

Avec une rapide recherche Google, ou si l'on se rend sur son site, on apprend qu'il est né en 1983 (ce qui lui fait 34 ans à ce jour), et qu'il vit aujourd'hui à Austin (Texas).


Il a écrit et publié trois livres (dans lesquels on retrouve aussi bon nombre de ses dessins, sa seconde passion) : Show Your Work!, Newspaper Blackout et Steal Like an Artist (aussi disponible sous la forme d'un journal).



La newsletter liée à son site se vante elle d'avoir plus de 50 000 abonnés, ce qui laisse présumer un nombre plutôt conséquent de visiteurs quotidiens.

Show Your Work!