Accéder au contenu principal

Test : Resident Evil Revelations - 3DS

Aujourd'hui, 13 février 2013, c'est l'heure du test de Resident Evil : Revelations sur 3DS que j'ai fini pas plus tard qu'hier ! Bonne lecture.
Graphismes :
La finesse des graphismes est très, très impressionnante ! Mis à part l'eau qui est assez laide malgré qu’elle soit un élément récurrent du jeu, le reste est quasiment sans défaut ! Les visages sont très fin( même si certains ont un design plutôt ... particulier ! Raymond, c'est de toi que je parle ), l'animation est très fluide, les monstres sont particulièrement horribles ( surtout les boss ) et il n'y a que certains éléments du décor qui laisse à désirer. Les cinématiques sont particulièrement sublimes !
Jouabilité et contenu :
Je tiens juste à vous signalez que j'ai joué sur une 3DS sans le Circle Pad Pro ce qui, au vu des dires de nombreux joueurs, rend le gameplay un peu lourd, mais cet accessoire n’est cependant pas indispensable pour profiter du jeu à fond étant donné que la caméra est toujours bien placé. En dehors du fait qu'il faille arrêter de déplacer son personnage pour recharger ( c'est le bouton bas de la croix directionnelle qui occupe cette fonction ), le gameplay est tout ce qu'il y a de plus classique : on se déplace avec le stick, on change d'arme avec la croix directionnel ( à noter que je trouve ça très peu pratique ), on balance ses grenades, on esquive, on tire ou on se soigne avec les boutons X, B, Y ou A et la gâchette R nous sert à passer en mode visée ( dans lequel le stick sert à déplacer le réticule ). Le jeu alternera les phases d'action et de survival-horror d'une telle façon que vous ne vous ennuierez pas ! L'alternance entre les différents personnages ( et donc les environnements ) est particulièrement agréable car elle empêche l'ennui de s'installer.
A la fin de chaque mission vous aurez un débriefing avec votre temps, votre précision et votre nombre de morts pendant celle-ci ce qui pourra vous incitez à recommencer les missions afin d'améliorer vos stats !
Histoire :
L'histoire est riche en rebondissements même si certains restent prévisibles. Mais étant donné le nombre d'heures nécessaires pour finir le jeu ( 8 en mode facile ), on reste sur sa faim, on a l'impression qu'il y aurait eu moyen de la développer un peu plus !
Difficulté :
En mode facile, je suis mort environ 6 fois dans tout le jeu ( dont 3 fois contre le boss final ! ). Si vous augmentez le mode de difficulté là, par contre, vous risquez de rager et pas qu'une fois ! Pour avoir tester le mode Hardcore, je me suis arraché les cheveux même lors du premier niveau ! Que ce soit les gens voulant galérer comme un fou sur un jeu ou que ce soit les joueurs qui veulent juste faire leur jeu tranquille ( comme moi ! ), Resident Evil Revelations les comblera tous.
Durée de vie :
Comme je l'ai dit plus haut, 8h de jeu en mode facile ... C'est pas jojo comme qui dirait ! Il y a bien le mode commando ( jouable en coop locale ou online ) qui pourrait rallonger la durée de vie mais son intérêt est plus que limité étant donné qu'il consiste simplement à refaire les mêmes niveaux que dans le solo avec juste plus d'ennemis et sans les cinématiques ... Youpi ! Je ne fais mes jeux plusieurs fois que très rarement mais les joueurs souhaitant s'essayer au mode hardocre vont eux, en avoir pour leur argent !
 Bande-son :
Des thèmes musicaux assez rares mais d'une très bonne qualité qui appuieront sans peine les phases d'action et qui vous feront stresser lors des phases survival ! Les doublages sont quand à eux assez inégaux même si leur qualité reste globalement bonne.

Conclusion : 16/20
Malgré une durée de vie très faible, un mode commando à l’intérêt limité et une rejouabilitée quasi nul, Resident Evil Revelations n'en demeure pas moins une petite bombe sur 3DS ! Un très bon gameplay, une histoire intéressante à suivre et des graphismes sublimes vous oblige donc à l'avoir dans votre ludothèque !
Informations diverses :
Support : Cartouche
Prix : Environ 35 euros
Genre : Survival-horror / Action
Éditeur et développeur : Capcom
PEGI : 16

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

A Chicken in Space (Critique - Black Mirror S04E01)

Plusieurs mois après tout le monde, et une fois la hype retombée, j'ai enfin commencé le visionnage de la quatrième saison de Black Mirror. J'étais assez intrigué par ce premier épisode qui semblait tendre vers le space opera, soit un style bien différent de ce que à quoi la série nous avait habitué. Ce chantage radical est-il une réussite ? Pour être franc, je reste assez mitigé. Et nous allons voir pourquoi en détail
Attention cependant: je vais spoiler les grandes lignes de l'épisode, ainsi que certains éléments phares de l'intrigue.

Jonathan Prime / Netflix
"Welcome on board lieutenant Cole"

J'avoue avoir été refroidi dès les premiers instants de l'épisode. Je n'ai rien contre des œuvres qui joue pleinement la carte de la nostalgie, mais je m'attendais pas à ça en lançant un épisode de Black Mirror. On se retrouve face à un format en 4/3, des couleurs tapes à l’œil, de la bonne humeur et des effets sonores et visuels tout droits sortis des an…

L'obsession Austin Kleon

Cela fait déjà trois ans que j'ai acheté mon premier livre d'Austin Kleon. Depuis, il n'a cessé de se balader avec moi, au gré de mes voyages ou de mes déménagements. Mais jamais je n'avais encore eu le courage de l'ouvrir. J'ai donc décidé de profiter de la nouvelle année pour y jeter un rapide coup d’œil... qui s'est rapidement transformé en obsession pour son auteur.

Avec une rapide recherche Google, ou si l'on se rend sur son site, on apprend qu'il est né en 1983 (ce qui lui fait 34 ans à ce jour), et qu'il vit aujourd'hui à Austin (Texas).


Il a écrit et publié trois livres (dans lesquels on retrouve aussi bon nombre de ses dessins, sa seconde passion) : Show Your Work!, Newspaper Blackout et Steal Like an Artist (aussi disponible sous la forme d'un journal).



La newsletter liée à son site se vante elle d'avoir plus de 50 000 abonnés, ce qui laisse présumer un nombre plutôt conséquent de visiteurs quotidiens.

Show Your Work!