Accéder au contenu principal

Test : Dead Pixel - Xbox Live Indie Games

Dead Pixel est le premier jeu indépendant du Xbox Live que j'achète, il m'avait déjà fait de l'oeil lors d'une vidéo que j'avais regardé et, étant donné qu'il me restait 100 points Microsoft et que je ne savais pas quoi en faire, j'ai décidé d'en profiter pour le prendre. Car oui ce jeu ne coûte que 80 points Microsoft ce qui veut dire moins d'un euro ! Il vous permettra de défourailler du zombie en scrolling horizontal à l'aide des différentes armes à feu que vous récupérerez.

Histoire :
Difficile de juger ! L'histoire est quasi inexistante mais dans ce genre de jeu, l'histoire n'a pas besoin d'être très développé. De plus, n'oublions pas qu'il s'agit d'un jeu indépendant.
Graphismes :
Les graphismes rétro sont extrêmement bien fait. Ils plairont aux amateurs de jeux rétros mais également aux autres. Ces graphismes collent également parfaitement à l'ambiance du jeu et à son univers.
Bande-son :
Peu ( ou pas ) de musique mais pour un jeu indépendant ce n'est vraiment pas dérangeant. Les bruitages sont eux de leur côté très convaincants.
Jouabilité :
Les commandes sont disposées de façon très classique. A l'aide de celles-ci vous pourrez : tirer à droite ou à gauche en utilisant RT ou LT, lancer des grenades avec RB, naviguer parmi les armes avec la croix directionnelle, utiliser des objets ou encore ouvrir le menu en appuyant sur les boutons de façade ( X,Y,B ou A ). Vous aurez la possibilité d'acheter des objets en passant par des magasins ou par des colis stratégiques ( en fonction du mode de jeu que vous choisirez ). Dans les trois  modes disponibles, vous pourrez avoir un moment de répit en allant fouiller les maisons. Les trois modes sont respectivement : Un avec des magasins et quelques maisons à visiter, un autre avec beaucoup de bâtiments à visiter mais sans magasins ( pour obtenir des objets vous aurez 5 colis stratégiques et pas un de plus ) et enfin un dernier plus "classique" avec des vagues de zombies face auxquels vous devrez  faire face le plus longtemps possible.
Durée de vie :
 Trois modes sont à votre disposition. Si vous voulez les finir dans tous les modes de difficulté ( 4 au total ) il ne vous faudra que quelques heures si vous êtes un acharné de la manette et que vous foncez en ligne droite en évitant des mort-vivants. Mais si vous prenez le temps de tout fouiller et de descendre tous les zombies, la durée de vie s'allongera de quelques heures.
Difficulté :
Même en mode facile le jeu est assez corsé avec un bon nombre de cibles à descendre. Alors avec le mode de difficulté le plus élevé je vous laisses imaginer le nombre de zombies à l'écran ! Le jeu est d'autant plus difficile que si vous ne faites pas attention à toutes vos balles, vous êtes voués à l'échec ! Elles sont toutes importantes et vous ne devez pas en gâcher une seule.
Conclusion : 16/20
Pour un  prix aussi dérisoire, il serait vraiment dommage que vous passiez à côté de Dead Pixel. Même si le jeu pourra vous lassez au bout de quelques temps et qu'il n'est pas long , il vous permettra malgré tout de passer de bons moments seul, ou à deux en écran splité.
 Prix : 80 points Microsoft
Support : Xbox Live Indie Game

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

Les Nouvelles Aventures de Sabrina, ou comment je me suis ennuyé pendant 10h sans m’en rendre compte

Après avoir sévi dans une série des années 90 devenue culte, Sabrina revient. Et elle a bien changée. Adieu ambiance bonne enfant et décors colorés : Netflix a fait un choix radical entre séance d’exorcisme, meurtres et démons médiocres. Un programme alléchant qui ne sert pourtant que de façade.
Trop jeune pour avoir connu la série originale ? Ou simplement trop occupé pour avoir pris le temps de la découvrir ? Force est de constater que lorsque l’on débarque ainsi en terrain inconnu, s’étalent devant nous tout un univers alléchant et ses personnages.

C’est avec grand plaisir que je passe le premier épisode. Je jubile devant le second, j’enchaîne avec un troisième. Finalement, sans m’en rendre compte, j’avale en quelques jours les dix épisodes d’une heure qui constituent cette première saison. J’en ressors avec une impression de satisfaction. L’heure des sorcières ? Pourtant, je ne cesse de repenser à l’épisode final. Une désagréable impression d’en avoir vu plus pendant…

Review - Marvel Rising : Squirrel Girl & Ms. Marvel #1

Ce n'est pas la première fois que je mentionne l'affection que j'ai pour Ms. Marvel, encore à ce jour l'un de mes personnages préférés parmi "l'écurie des jeunes" chez Marvel Comics.
Le contexte social et culturel dans lequel évolue Kamala Khan, jeune femme attachante s'il en est, y est pour beaucoup : les scénaristes les exploitent plutôt bien, en amenant des situations assez inédites et qui tranchent avec le reste de l'univers. Et c'est pour le mieux !
J'ai donc accueilli avec un intérêt certain le numéro 1 d'une série Marvel Rising dans laquelle on retrouve Ms. Marvel accompagnée de la bien nommée... Squirrel Girl !
Malgré le bon accueil que les aventures de cette dernière ont suscités, je ne m'étais jamais penché dessus... à regret. Mais ma liste de lectures s'allongeant littéralement de jour en jour, il faut faire des choix. Même s'ils sont difficiles !


Cette première issue reprend donc alors que Doreen (aka Squirrel G…