Accéder au contenu principal

Aperçu : Paper Mario Sticker Star - 3DS

Comme vous l'aurez remarqué, cet article ne se nomme pas "test" comme d'habitude mais simplement "aperçu". Je pense que vous l'avez deviné, cet avis est écrit alors que je n'ai pas fini le jeu ! C'est pour cette raison que ce n'est pas un test mais plus un avis "en cours de jeu". Je suis sûr que vous vous demandez maintenant : Mais pourquoi tu n'attends pas d'avoir fini le jeu pour publier un vrai test ? Et bien tout simplement car, ayant acheté récemment plusieurs jeux, j'ai un peu laissé tomber Paper Mario ! En bref, si je devais attendre d'avoir fini le jeu avant de sortir mon test, celui-ci ne serait disponible que dans plusieurs mois ! Je vous laisse donc désormais en compagnie de mon aperçu !


Graphismes : Comme vous pouvez le constater avec les quelques screenshots présent sur cet article, les graphismes sont vraiment très sympathiques ! L'effet carton/papier est très bien rendu et la 3D donne une réelle impression de profondeur. Les animations ( papier qui s'envole, carton qui tombe, ... ) sont également très bien réalisé. Jouer à Paper Mario : Sticker Star sur une 3DS XL ne fera que rendre le plaisir de jeu encore plus grand !
Jouabilité et contenu : Dans ces mondes en 2D/3D, vous pouvez utiliser la papiérisation en appuyant sur Y pour mettre le monde à "plat" et pour pouvoir y placer vos stickers : placer une porte, des fleurs, réveiller un animal avec une trompette, sont autant de possibilité ! L'exploration et la recherche dans les environnements pour trouver les stickers, les "trucs" ( objets que Mario peut transformer en sticker au village et qui infligent de nombreux dégâts pendant les combats ) et les coeurs supplémentaires pour le plombier moustachu est entrecoupé de phase de combats dans lesquels vous devez utiliser vos stickers pour battre les ennemis. Pour rendre ces phases moins monotones, Nintendo a eu la bonne idée de donner au joueur la possibilité d'appuyer sur A lors de l'utilisation d'un sticker pour enchaîne les combos et infliger le plus de dégâts possibles ! Malheureusement les affrontements ne permettant que de gagner des pièces, leur intérêt demeure limité. Les environnements, vastes et possédant de nombres recoins, mettront à l'épreuve votre sens de l'observation si vous souhaitez finir le jeu à 100% en trouvant tous les "trucs" et les objets cachés.
Bande son : Les thèmes principaux de Mario sont remixés avec un accent jazz. On prend plaisir à écouter cette bande-son qui a le mérite de renouveler ces thème que l'on retrouve dans tous les épisodes du plombier italien.


Histoire : L'histoire de "base" de Mario prend une tournure différente car cette fois-ci, en plus d'enlever Peach, Bowser a également disperser les stickers royaux au quatre coins de la carte et ce sera bien entendu à vous de les récupérer. Pour cela vous serez aimé de la fée sticker qui vous conférera le fameux pouvoir de la "papiérisation". Vos pérégrinations vous amènerons également à affronter des boss à la fin de chaque monde. 
Difficulté : Les combats, si vous utilisez bien vos stickers, ne sont vraiment pas difficiles. Ceux contre les boss par contre, sont une autre paire de manches ! Vous aurez intérêt à utiliser LA  bonne technique pour les vaincre car sinon, cela sera impossible ! Paper Mario : Sticker Star est assez simple et ne vous posera pas de difficulté sauf si vous vous retrouverez à court de stickers ( ce qui a peu de chances d'arriver je vous rassures ) ! Personnellement  en une dizaine d'heures de jeu, je n'ai perdu que deux fois contre le même boss avant de trouver la technique pour le vaincre.

Dans cet épisode, Mario se reconverti en voleur, il pique tout ce qui lui tombe sous la main ! Comme par exemple ce ventilateur.
 Conclusion : 17/20 Le catalogue de la 3DS commence vraiment à sentir bon ( c'est en partie pour cette raison qu'elle est désormais mienne :p ), ce Paper Mario, en dépit de ses combats peu intéressant et redondant, demeure un excellent titre qui mérite pleinement son prix ! Une valeur sûre de la 3DS.
Et pour résumer tout ça, la bande-annonce ultra-complète du jeu !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Marvel Epics, une tragédie en 3 actes ?

Cinq mois et trois numéros seulement après sa création lors de l'entrée dans l'ère Legacy, le magazine Marvel Epics s'arrête. Il laisse la place, dès janvier, à Infinity Wars. Et si le sommaire est plutôt réussi, un tel choix éditorial surprend et ne convint pas.

Au menu de ces trois volumes on retrouve donc les séries (All-New) Guardians of the Galaxy, Thanos et Groot. Comme pour tous les bimestriels qui ont bénéficié de la refonte du mois de juillet, on est face à un comic de bonne facture, même si le prix affiché à 6,90 euros peut faire grincer des dents. (All New) Guardians of The Galaxy Dès le premier numéro, la série se passe du All New, mais poursuit de manière cohérente l'aventure des gardiens. J'avoue avoir eu du mal à rentrer dedans (on y reviendra dans la dernière partie) même si, globalement, cette série s'avère être une bonne pioche.
On peut cependant regretter que les artistes changent constamment, ce qui entraîne une qualité graphique assez inég…

A Chicken in Space (Critique - Black Mirror S04E01)

Plusieurs mois après tout le monde, et une fois la hype retombée, j'ai enfin commencé le visionnage de la quatrième saison de Black Mirror. J'étais assez intrigué par ce premier épisode qui semblait tendre vers le space opera, soit un style bien différent de ce que à quoi la série nous avait habitué. Ce chantage radical est-il une réussite ? Pour être franc, je reste assez mitigé. Et nous allons voir pourquoi en détail
Attention cependant: je vais spoiler les grandes lignes de l'épisode, ainsi que certains éléments phares de l'intrigue.

Jonathan Prime / Netflix
"Welcome on board lieutenant Cole"

J'avoue avoir été refroidi dès les premiers instants de l'épisode. Je n'ai rien contre des œuvres qui joue pleinement la carte de la nostalgie, mais je m'attendais pas à ça en lançant un épisode de Black Mirror. On se retrouve face à un format en 4/3, des couleurs tapes à l’œil, de la bonne humeur et des effets sonores et visuels tout droits sortis des an…

L'obsession Austin Kleon

Cela fait déjà trois ans que j'ai acheté mon premier livre d'Austin Kleon. Depuis, il n'a cessé de se balader avec moi, au gré de mes voyages ou de mes déménagements. Mais jamais je n'avais encore eu le courage de l'ouvrir. J'ai donc décidé de profiter de la nouvelle année pour y jeter un rapide coup d’œil... qui s'est rapidement transformé en obsession pour son auteur.

Avec une rapide recherche Google, ou si l'on se rend sur son site, on apprend qu'il est né en 1983 (ce qui lui fait 34 ans à ce jour), et qu'il vit aujourd'hui à Austin (Texas).


Il a écrit et publié trois livres (dans lesquels on retrouve aussi bon nombre de ses dessins, sa seconde passion) : Show Your Work!, Newspaper Blackout et Steal Like an Artist (aussi disponible sous la forme d'un journal).



La newsletter liée à son site se vante elle d'avoir plus de 50 000 abonnés, ce qui laisse présumer un nombre plutôt conséquent de visiteurs quotidiens.

Show Your Work!